Diètes spéciale allaitement

Diètes spéciale allaitement

L’allaitement maternel représente le mode d’alimentation optimal d’un nouveau-né. Il contient tous les éléments nutritifs nécessaires pour assurer la croissance et le développement d’un nourrisson. Les recommandations préconisent l’allaitement exclusif pendant les six premiers mois et la poursuite de l’allaitement en intégrant des aliments complémentaires jusqu’à deux ans ou plus.

Au Canada, le nombre de mères ayant allaité exclusivement pendant six mois ou plus a atteint 26 % en 2011-2012. En France, le taux d’allaitement à la naissance se situe autour de 55% mais seulement 35% de ces nourrissons bénéficient d’un allaitement maternel exclusif.

Recommandations alimentaires :

Le but d’une saine alimentation durant l’allaitement est de fournir les éléments nutritifs nécessaires pour assurer un état nutritionnel optimal chez la mère.

Les besoins en énergie sont augmentés de 330 kcal par jour chez une femme qui allaite pour les 6 mois après l’accouchement. Si l’allaitement est poursuivi sur une période de plus de 6 mois, les besoins sont augmentés de 450 kcal. Un apport en calories trop faible (en dessous de 1500 kcal/jour) peut entraîner une diminution du volume de lait produit.

LES PROTÉINES :

Les besoins en protéines sont les même durant l’allaitement que durant la grossesse. Ceux-ci sont augmentés d’environ 25 g par jour. En augmentant légèrement les portions des groupes viandes et substituts et produits laitiers, ceci devrait permettre à la femme qui allaite de combler ses besoins supplémentaires en protéines à tous les jours.

En ce qui concerne les vitamines et minéraux, une alimentation variée et équilibrée à tous les jours suffit habituellement à combler les besoins supplémentaires. Dans un cas où une carence nutritionnelle est présente, un supplément de vitamines ou de minéraux pourrait être nécessaire.

LE CALCIUM :

Bien qu’on observe une diminution de la densité minérale osseuse chez la mère durant l’allaitement, les apports en calcium n’auraient aucun lien. De plus, cette perte de densité serait temporaire et réversible après la période d’allaitement. Il n’est donc pas nécessaire d’augmenter les apports en calcium durant l’allaitement.

L’ALCOOL :

L’alcool en quantité modérée est acceptable durant l’allaitement. L’alcool se retrouve dans le lait de la mère dans un délai de 30 à 60 minutes si l’estomac est vide, et de 60 à 90 minutes si l’alcool est pris avec d’autres aliments. Le fait d’extraire le lait maternel n’accélère pas l’élimination de l’alcool. Il est suggéré de ne pas allaiter jusqu’à ce que l’alcool soit éliminée du sang de la mère. La durée de l’élimination varie selon la consommation et le poids de la mère (voir le tableau 1 ci-dessous). Une consommation correspond à 240 ml de bière, 150 ml de vin ou 45 ml d’alcool fort.

CAS DU VÉGÉTARISME :

Dans le cas d’un régime végétarien strict ou végétalien, un supplément de vitamine B12 est nécessaire. Une dose de 2 mcg à 2,6 mcg est recommandée si la consommation d’aliments enrichis (boissons de soya, simili-viande, levure alimentaire enrichie) est insuffisante pour combler les besoins quotidiens.

CAFÉS ET TISANES :

Une consommation modérée de cafés (une à deux tasses par jour) est considérée comme acceptable durant l’allaitement. Il faut tout de même tenir compte des autres sources de caféine comme le thé, les boissons gazeuses de type cola, les boissons énergisantes et le chocolat. Une consommation élevée peut rendre le bébé irritable et perturber son sommeil.

Les boissons qui contiennent de la caféine peuvent être remplacées par des produits décaféinés, de l’eau, du lait, des jus, des boissons à base de céréales ou des tisanes.

HYDRATATION :

À ce jour, il n’existe aucune preuve de l’existence d’un lien entre la consommation de liquides et le volume de lait produit. En effet, il a été démontré qu’une augmentation de la quantité de liquides consommés n’augmente pas le volume de lait produit. On recommande donc de boire de façon à étancher sa soif tout simplement.

AUTRE RECOMMANDATION

Aucune restriction alimentaire n’est recommandée durant l’allaitement. Le lait maternel présente des odeurs et des saveurs variables selon les choix alimentaires de la mère, ce qui permet au bébé de goûter différentes saveurs. Les légumes forts comme le chou, ont souvent été associés aux coliques chez les bébés. Cependant, il semblerait qu’aucun aliment en particulier ne soit associé à ce phénomène.

Par contre, on observe des différences dans la tolérance d’un bébé à un autre. Dans le cas où la mère soupçonne un aliment d’être la cause d’un inconfort chez le bébé, il est recommandé d’en cesser l’ingestion durant trois à sept jours et d’observer les résultats.

RÉGIME DURANT L’ALLAITEMENT :

Une perte de poids trop rapide peut nuire à la production de lait et par le fait même à la croissance de votre bébé. Les régimes de perte de poids sont à éviter pendant les 6 premières semaines suivant l’accouchement. De toute façon, il est démontré que l’allaitement facilite la perte de poids chez la mère.

(Source:Nutrition allaitement- Manuel de nutrition clinique, Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ)en collaboration avec ANREF, Le guide essentiel des besoins en nutriments, Institute of medicine, The National Academie Press.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.