Contre les troubles sexuels, la communication au sein du couple plus efficace que le Viagra

Contre les troubles sexuels, la communication au sein du couple plus efficace que le Viagra

(Relaxnews) – Souffrir de troubles sexuels est moins une question de dysfonctionnement hormonal que le signe d’un manque de communication, conclut une étude autrichienne.

Une équipe de l’Université médicale de Vienne (Autriche) a découvert qu’un traitement à base d’ocytocine, une hormone impliquée dans la reproduction sexuée, améliorait la vie sexuelle de femmes souffrant de troubles sexuels. Toutefois, elle a aussi remarqué qu’un groupe témoin qui recevait uniquement un placebo à base de spray nasal montrait les mêmes signes d’amélioration.

Ces résultats ont été publiés dans la revue Fertility and Sterility. L’étude, menée sur 30 participantes durant 8 mois, a été réalisée sur des femmes souffrant de troubles sexuels (montée du désir, absence d’orgasmes, rapports douloureux…). Avant un rapport sexuel, chaque participante a reçu un traitement à base de spray nasal d’ocytocine tandis qu’un groupe témoin s’est vu administrer un placebo.

En lien avec leur partenaire, les volontaires ont dû tenir un journal de bord et remplir un questionnaire indiquant si et comment leur fonction sexuelle changeait au cours du traitement administré.

Les résultats indiquent que les femmes des 2 groupes ont vu leur vie sexuelle s’améliorer après la prise du traitement. Cela de façon nettement significative pour celles ayant reçu l’ocytocine, mais également pour celles ayant bénéficié du placebo.

A l’origine des troubles, le stress du quotidien

Pour Michaela Bayerle-Eder, co-auteure de cette étude, cela prouve que la communication à propos du sexe avec son partenaire joue un rôle essentiel. « Le fait que ces femmes aient beaucoup pensé à leur sexualité et parlé de sexe avec leur partenaire durant tout le temps qu’a duré cette étude a apporté des améliorations quantifiables… Cela suggère en conséquence que ce sont souvent et seulement des malentendus qui empêchent les couples de s’exprimer librement et de profiter de leur sexualité ».

Les auteurs notent aussi que c’est très souvent le stress de la vie quotidienne qui est en cause dans les troubles d’ordre sexuel plutôt qu’un déséquilibre hormonal. Si un problème survient, il est conseillé d’aller consulter un médecin le plus tôt possible pour en retracer les causes, selon eux.

Le Flibanserin, un médicament également dénommé « Viagra féminin » a été testé sur les volontaires et produit des résultats cliniques similaires, constatent également les scientifiques au cours de cette étude. Mais, là aussi, de franches améliorations ont également pu être constatées au sein du groupe témoin sous placebo. D’autant plus que le Flibanserin n’est pas dénué d’effets secondaires.

Le symposium interdisciplinaire sur la médecine sexuelle qui se réunira à Vienne en Autriche les 20 et 21 novembre prochain devrait aborder ce sujet sous de nouvelles perspectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.